LES MOBILES DE CÉBAZAT

Depuis le 19 juillet 1870, l’armée française est engagée dans un conflit que les historiens nommeront « la guerre Franco-Prussienne ». Elle oppose le royaume de Prusse de Guillaume 1er contre l’empire Français de Napoléon III. En quelque mois, les troupes françaises sont plusieurs fois vaincues dans l’est du pays à Wissembourg, Reichshoffen, Saint Privat, Strasbourg est assiégée ainsi que Metz et Belfort.

Le 2 septembre 1870, l’Empereur Napoléon III est vaincu à Sedan. Il capitule et se constitue prisonnier avec une armée de 82 000 hommes. L’organisation de l’armée impériale et le gros de l’armée régulière est hors de combat. Celle-ci sera envoyée en captivité dans des camps en Allemagne. C’est la fin du règne de Napoléon III. Cette capitulation entraîne le 4 septembre 1870 la chute du régime et la proclamation de la 3ème République à Paris. Un nouveau gouvernement de défense Nationale va s’opposer aux exigences d’une capitulation offerte par les Prussiens et continuer la guerre au sud de la Loire.

01-entrevue de Donchery. Napoleon - Bismarck après défaite de Sedan 1870.jpg

Entrevue de Donchery. Napoleon - Bismarck après la défaite de Sedan 1870

Début octobre, ce nouveau gouvernement quitte Paris assiégé par l’ennemi pour se réfugier à Tours.

 

Le ministre de la guerre Léon Gambetta va réorganiser et mobiliser de nouvelles forces sur les bases de la « garde national mobile ». Cette nouvelle armée prendra le nom « d’Armée de la Loire ».

Chaque département devra fournir un nombre de bataillons. Le Puy-de Dôme va donner naissance à 5 bataillons de Mobiles avec les gardes nationaux des cantons d’Ambert, Clermont-Ferrand, Issoire, Riom et de Thiers. Les 2e, 3e et 4e bataillons du Puy –de- Dôme (Clermont-Ferrand, Issoire et Riom) vont être regroupés au sein du 32ème régiment de Mobile du Puy-de-Dôme.

02-LéonGambetta par léon B.jpg ministre de la guerre et de l'intérieur IIIe République 187

Léon Gambetta ministre de la guerre et de l'intérieur IIIe République 1870-1871

Les gardes nationaux mobiles vont prendre l’appellation de « Mobiles » et bien plus tard dans le conflit de « Moblots » par leur aspect vestimentaire de leur uniforme très rudimentaire et peu conventionnel par rapport aux uniformes étincelants de ceux de l’armée d’active.

Dès le 15 aout 1870, 24 jeunes gens de Cébazat appartenant aux classes de 1865 à 1868 vont rejoindre le 32ème mobile du Puy-de-Dôme au camp d’entraînement à Pont du Château pour recevoir une formation militaire élémentaire. Fin septembre, ils quittent en train Clermont-Ferrand pour rejoindre le gros de l’armée de la Loire à Vierzon.

06-gardes mobiles de la ville de  Paris 1870-1871..jpg

Gardes mobiles de la ville de  Paris 1870-1871.

Soyez curieux et pour compléter vos connaissances, nous vous invitons à venir découvrir avec nous l'intégralité de cet article.

Rejoignez nous ... Inscription à Cébazat d'hier et d'autrefois :